Neutralité carbone


L’université Ecologique

S’il y a un concept auquel il est urgent de faire la peau, c’est bien celui de la neutralité carbone.

La loi énergie-climat de 2019 la définit comme : « un équilibre, sur le territoire national, entre les émissions anthropiques par les sources et les absorptions anthropiques par les puits de gaz à effet de serre ».

Les deux écueils ont le mérite d’y figurer explicitement : ne sont comptées que les émissions sur le territoire (souvent une partie infime du total) et le reste peut être compensé par des « puits » – dont l’efficacité est largement sur-estimée et sur lesquels nous reviendrons.

Qu’est-ce que la neutralité carbone et comment l’atteindre d’ici 2050 ?

En vertu de la loi européenne sur le climat, l’Union européenne s’engage à adopter la neutralité carbone d’ici 2050. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ?

Le changement climatique affecte déjà le monde entier. Les conditions climatiques extrêmes telles que la sécheresse, les vagues de chaleur, les fortes pluies, les inondations et les glissements de terrain deviennent de plus en plus fréquents, y compris en Europe. L’augmentation du niveau de la mer, l’acidification des océans et la perte de biodiversité sont d’autres conséquences des changements climatiques rapides.


Afin de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degrés (un seuil que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) estime sûr), atteindre la neutralité carbone dès le milieu du 21ème siècle est essentiel. Cet objectif est également défini dans l’accord de Paris signé par 195 pays, dont l’Union européenne.


En décembre 2019, la Commission européenne a dévoilé son Pacte vert pour l’Europe, son plan phare visant à rendre l’Europe climatiquement neutre d’ici 2050. Cet objectif sera atteint par le biais de la Loi européenn sur le climat qui ancre la neutralité climatique dans la législation contraignante de l’UE. En vue d’atteindre l’objectif de température à long terme […], les Parties cherchent à parvenir au plafonnement mondial des émissions de gaz à effet de serre […], et à opérer des réductions rapidement par la suite conformément aux meilleures données scientifiques disponibles de façon à parvenir à un équilibre entre les émissions anthropiques par les sources et les absorptions anthropiques par les puits de gaz à effet de serre au cours de la deuxième moitié du siècle […].


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.