FormationComment devenir menuisier ?

FormationComment devenir menuisier ?

Le travail du menuisier

Les tâches du menuisier se décomposent généralement ainsi :

  • Prise en compte des besoins du client
  • Réalisation de plans
  • Choix du matériel adéquat
  • Coupes des différentes pièces et assemblage
  • Finitions : vernis, peinture, laque…
  • Montage et pose du produit selon le plan réalisé

Quelles compétences pour devenir menuisier ?

L’approximation n’a pas sa place dans la menuiserie ! Ainsi, en plus d’une rigueur à toute épreuve, le métier de menuisier demande de bonnes connaissances en géométrie et plus globalement en mathématiques afin de rendre un travail précis, soigneux et esthétique. La profession exige aussi de s’intéresser à tout ce qui concerne l’étanchéité, l’isolation et l’insonorisation des habitats, ces trois domaines intervenant de plus en plus en plus souvent dans son cœur de métier. Il doit donc être à jour des nouvelles normes et réglementations liées au secteur du bâtiment. Si le sur mesure reste l’essence même de la menuiserie, le succès des préfabriqués participe au fait que les menuisiers réalisent aujourd’hui un grand nombre de poses de fenêtres, de portes ou de volets produits en séries.

Le menuisier ou la menuisière devra également disposer d’un certain savoir-faire en termes de dessin technique, une étape essentielle afin de visualiser précisément le travail à effectuer. Comme un grand nombre de métiers artisanaux, la profession de menuisier nécessite une bonne résistance physique et une habileté manuelle même si les machines viennent soulager de plus en plus le travail quotidien des menuisiers.

Le menuisier travaille généralement dans une entreprise artisanale ou une société de menuiserie qui peut être la sienne s’il fait le choix de se mettre à son compte. Dans ce cas, il devra se montrer bon gestionnaire et trouver lui-même ses clients en travaillant sur sa visibilité et sa notoriété pour décrocher de nouveaux projets : site internet, prospection, bouche-à-oreille, etc.

La profession de menuisier se spécialise de plus en plus et tous les menuisiers n’accomplissent pas les mêmes tâches quotidiennes en fonction des spécialités qu’ils ont choisi, que cela soit au cours de leur formation ou de leur parcours professionnel. Il est donc possible qu’un menuisier en cours de carrière rejoigne un poste dont les missions peuvent se rejoindre ou varier sensiblement : monteur en agencement, poseur en agencement ou même ébéniste et charpentier.

  • Retrouvez toutes les formations en artisanat

Études et formation

Il n’est pas nécessaire d’avoir le Bac pour devenir menuisier, et le CAP menuisier (deux ans de formation) constitue une voie classique pour exercer ce métier.

Accessible après la 3e, le CAP menuisier dispose de différents intitulés en fonction des spécialités :

  • CAP menuisier installeur
  • CAP menuisier aluminium verre
  • CAP menuisier en sièges
  • CAP menuisier fabricant de menuiserie et agencement
  • CAP arts du bois
  • le CAP ébéniste (un autre métier du bois aux missions parfois similaires à celles du menuisier).

Cependant, le CAP n’est pas l’unique option pour ceux qui souhaiteraient s’orienter vers cette profession artisanale. On trouve également le Bac Pro Technicien Menuiserie Agenceur forme de futurs menuisiers polyvalents pouvant réaliser des travaux aussi bien dans une cuisine qu’une salle de de bain. Le titre professionnel menuisier agenceur est une formation qualifiante de niveau V (CAP/BEP) dispensée par des centres de formation un peu partout en France. Enfin, le Brevet Professionnel (BP) menuisier accessible après le CAP menuisier forme des artisans hautement qualifiés qui seront en mesure de manager une équipe. Les diplômés du BP pourront ainsi s’ils le souhaitent se diriger vers des postes à responsabilités comme chef d’équipe ou chef de chantier.

  • Retrouvez toutes les formations pour devenir menuisier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.