Formation Comment devenir moniteur auto-école

Formation Comment devenir moniteur auto-école

Optimisez vos chances de réussite avec une formation complète. Certification incluse

Quelles sont les qualités requises pour devenir moniteur d’auto-école ?

Pour devenir moniteur d’auto-école, il est nécessaire de mobiliser un certain nombre de savoirs ainsi que des compétences et qualités spécifiques, acquises notamment au cours de la formation ECSR. En effet, le professionnel doit se montrer pédagogue et faire preuve de bonnes qualités relationnelles afin de garantir d’une part une relation de qualité et de confiance avec l’élève et d’autre part une acquisition efficiente et fluide des connaissances et des savoir-faire par ce dernier. Il est par ailleurs indispensable que l’enseignant soit doté d’une bonne condition physique et psychique, notamment pour assurer une charge de travail relativement lourde ainsi qu’une position assise sur de longues périodes au cours de la journée, de même que pour gérer des situations parfois stressantes dans le cadre des accompagnements à la conduite. Aussi, le métier de moniteur implique d’avoir de bons réflexes, d’être autonome dans son travail – plus particulièrement pour le professionnel indépendant, tout comme le sens de l’observation et de l’analyse et la capacité de s’adapter au niveau et au rythme de chacun.

En termes de connaissances et de compétences techniques, le moniteur d’auto-école doit bien entendu maîtriser le code de la route, les réglementations en vigueur (et les mettre à jour) et connaître les éléments techniques d’un véhicule pour pouvoir transmettre son savoir aux apprenants. Il est également nécessaire de savoir concevoir et mettre en œuvre des actions d’enseignement théorique et pratique comme des actions de sensibilisation, animer des cours collectifs et individuels ou encore adapter son intervention selon les objectifs visés et le niveau des élèves.

Quelles études pour devenir moniteur d’auto-école ?

Le BEPECASER – Brevet pour l’Exercice de la Profession d’Enseignant de la Conduite Automobile et de la Sécurité Routière -, accessible sur concours, n’est plus d’actualité. À ce jour, pour préparer le diplôme de moniteur d’auto-école, que l’on nomme enseignant de la conduite et de la sécurité routière, il est indispensable d’effectuer une formation qualifiante (niveau bac+2) et de valider les deux CCP – certificats de compétences professionnelles – du titre professionnel ECSR. Le CCP 1 apprendra aux futurs professionnels à former les apprentis conducteurs à travers des actions individuelles et collectives, dans le respect du code de la route et en tenant compte de la sécurité routière. Le CCP 2, quant à lui, leur permettra d’acquérir les savoirs et savoir-faire en vue de sensibiliser tout un chacun sur les comportements à adopter lors de la conduite (environnement/usagers et automobilistes/sécurité). La formation de moniteur d’auto-école se répartie sur 910 heures d’enseignement au sein d’un centre de formation et 280 heures de stage en entreprise spécialisée dans l’enseignement de la conduite. Cette formation devra être prodiguée par un centre ayant reçu l’agrément préfectoral et aboutira non pas au diplôme d’État, mais au titre professionnel d’enseignant de la conduite et de la sécurité routière. Il vous faudra par la suite demander une autorisation d’enseigner auprès de votre Préfecture, renouvelable tous les 5 ans.

Pour exercer en tant qu’ECSR, il est nécessaire d’être titulaire du permis B en cours de validité, d’être âgé d’au moins 20 ans, d’être reconnu apte à exercer le métier par un médecin agréé et enfin ne pas avoir fait l’objet d’une condamnation prévue aux articles L. 213-3 et R. 212-4 du code de la route.

Quelle formation continue pour une reconversion de moniteur d’auto-école ?

Il n’est pas rare que salariés de tout autre secteur ou demandeurs d’emploi s’investissent dans un projet de reconversion professionnelle en devenant enseignant de la conduite et de la sécurité routière. Pour ce faire, il est possible d’intégrer à tout moment et sans condition particulière de diplôme la formation spécifique préparant au CCP ECSR dans un centre agréé. Cette démarche peut être financièrement prise en charge par Pôle Emploi, le conseil régional, l’entreprise (OPCO) voire votre CPF, selon votre situation professionnelle et personnelle. La formation s’étale généralement sur une année – 9 mois – et propose comme nous l’avons évoqué un enseignement pratique (stage) et un enseignement théorique (cours en centre de formation). Il existe des organismes qui mettent à disposition une plate-forme e-learning permettant aux futurs professionnels d’accéder à différents contenus (théoriques, actualités dans les auto-écoles, tronc commun, CCS, etc.).

Par ailleurs, le contrat de professionnalisation comme la VAE – validation des acquis de l’expérience – sont disponibles pour se former au métier de moniteur d’auto-école. Ce dernier dispositif peut être accessible à toute personne ayant déjà exercé toutes ou partie des activités mentionnées dans le référentiel emploi, activité et compétences.

Par ailleurs, certaines formations privées vous permettent de réviser votre code, de mettre à jour vos connaissances en matière de réglementations ou de sécurité routière. Fréquemment proposées en ligne, elles peuvent être gratuites ou payantes, selon le niveau d’apprentissage recherché.

Quelle évolution pour un moniteur d’auto-école ?

Le moniteur d’auto-école peut évoluer tout au long de sa carrière professionnelle. En effet, il peut faire le choix du perfectionnement en validant un CCS – certificat complémentaire de spécialisation – dans le domaine des deux-roues ou des véhicules lourds (CCS deux-roues / CCS groupe lourd). Il lui faudra obligatoirement être titulaire du TP ECSR pour accéder à l’un ou l’autre de ces certificats. Le professionnel peut également travailler en tant qu’indépendant ou créer sa propre agence d’auto-école (notamment avec le CQP RUESRC) ; auquel cas il lui faudra répondre à certaines obligations. Le moniteur auto-école peut enfin se tourner vers les métiers d’enseignant-formateur et d’inspecteur, accessibles grâce à l’expérience et à des formations complémentaires (BAFM / IPCSR).

Accompagnement personnalisé


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.